Rencontres virtuelles : Fail ou pas fail, telle est la question ?

Hello lecteur – surtout lectrice je présume,

Ca fait un moment que je ne suis pas venue, mais me voilà, pour te parler d’une des activités qui me fait bien rire en ce moment : les sites/applications de rencontres ! Et oui, vois-tu en tant que fraichement célibataire (enfin… 4 mois, ca commence à plus être très frais tout ca), j’ai succombé aux appels des rencontres virtuelles. J’y suis allée, pleine d’espoir et de bonnes intentions, puisque dans mon entourage 2 ou 3 personnes ont trouvé l’amour (le vrai, le seul, l’unique d’après leurs dires – on en reparlera hein !) par ce biais. J’aurais pas du (quoique…)

Tinder_Fail

Et comme je suis aventurière dans l’âme, je me suis lancée… Premier terrain de batailler : Adopte un mec. (Deuxième mois post-rupture)

Oui, je ne suis pas partie chercher bien loin. Alors adopte (de son petit nom), j’y ai rencontré des cas.. Du genre « hello, tu veux ba*ser ». Et encore, là c’est poli, il a dit « hello » ! Les gars, un peu de tenue !

J’ai aussi connu l’inverse, le jeune homme, très sympathique, mais qui m’a sorti quand je ne lui ai pas parlé pendant 1 jour – au bout de 5 jours de discussion – : « j’ai vraiment peur que tu sois partie voir ailleurs… ». Alors, pour qu’il y ai un « ailleurs », il faudrait qu’il y ait un « ici ». Or, ici, il n’y a rien d’autre que l’ennui d’une demoiselle et l’envie de rencontrer de nouvelles personnes.

Tu t’en doutes, j’ai vite abandonné.

Deuxième champs de bataille :  L’ami d’ami d’ami sur facebook ( Troisième mois post-rupture)

On m’a toujours dit « mobilise ton réseau ». Alors j’ai mobilisé mes amis. Et là, miracle, un ami me refile son ami sur facebook (tu suis?). Bon, on passera sur le fait qu’il lui ai dit que je le trouvais beau pour l’appâter alors que je ne l’avais jamais vu… Soit. Je parle avec ce jeune homme. Pendant 3 jours. Puis un jour, je réponds à son message en allant au travail. Il est donc 8h du matin. Et puis à 13h, je reçois tout un tas de message énervés parce que « faut pas être très maligne pour réveiller les gens en envoyant des messages à 8h ».
Bon, tu te doutes que toute romance avait disparue de l’horizon. S’en suit un dialogue de :

-« Oui, enfin, suffit de mettre son portable en silencieux et le problème est reglé. »
-« En meme temps suffit de regarder l’heure avant d’envoyer un message »
– « Je rentre pas dans le débat  »
– « C’est parce que t’as pas d’argument »
– « Non c’est parce que tu me fais chier. Bye. » Comme je suis gentil je n’ai pas répondu : t’es pas assez beau pour te permettre d’être imbuvable. Bravo à moi-même.

Conclusion : que ce soit professionnellement ou relationellement, les pistons, c’est donc pas pour moi.

Troisième chant de bataille : Tinder (quatrième mois post-ruptute)

Tinder, c’est hype, et le concept de voir les intérêts en commun m’a tout de suite plu. Alors, je me suis lancé tel un oisillon. Déjà, ça fait du bien à l’égo, on va se l’avouer lectrice ! Mon jeu préféré est de voir le nombre de mecs m’ayant « liké ». Ego boost assuré !
Puis, bizarrement – contrairement aux gens sur adopte – les mecs de Tinder savent ECRIRE. Bon, ok, c’est peut etre juste ceux que je like. Mais c’est reposant de ne pas devoir déchiffrer les messages.

J’ai mis en place des critères stratégiques (TOUJOURS avoir un plan d’action lectrice, toujours):

– Liker seulement ceux qui ont des intérêts en commun et/ou une description intéressante.

– Ne pas répondre à ceux qui disent juste « salut » ou « ca va? ».

Je t’avoue que sur 155 contacts, du coup, j’ai parlé à…. 15 personnes grand maximum !

Conclusion : Bonne question ! Dans quelques jours, 3 exactement, je m’apprête à rencontrer dans la vraie vie un de ces énergumènes pour la première fois ! Après lui avoir parlé de 8h à 01h du mat tous les jours pendant plus d’une semaine… Affaire à suivre lectrice…. Affaire à suivre !

PS, on se quitte en beauté : les perles de tinder « Salut, trop de magnificence en toi » /  « Salut ! C’est ou tu veux ! Quand tu veux !  » / « Salut ! Tu ressembles à Jasmine dans Alladin »

J’ai testé : Etre déconnectée pendant 2 mois

Nom d’un hibou albinos empaillé lectrice… I’m back ! Après presque deux mois sans internet, sans blogosphère, sans pouvoir rire en lisant vos articles, vous maudire quand vos avis me poussent à acheter des nouveaux produits/vêtements… Tu trouves déjà ça horrible ? Non mais attends, tu n’as rien vu ! Parce qu’en plus de ne pas avoir internet, je n’avais pas la TV grâce aux joies du déménagement. Mais il y a pie encore… On ne capte absolument rien dans ma nouvelle résidence, donc, adieu 3G, welcome les deux barres de réseau, les coups de fils qui se coupent toutes les 30 secondes et les SMS qui prennent 10 minutes à s’envoyer.
Et comme le hasard fait mal les choses, durant deux semaines j’étais en congé et donc à la maison 24h/24

no-internet

Voici un aperçu de ma vie pendant ces deux longues, très longues semaines :

Envoyer des sms pour demander à ses potes la météo, ou l’horaire d’ouverture d’un restaurant, ou une adresse. Et donc, se prendre des réponses du genre « tu fais chier la paysanne » (oui visiblement les paysans n’ont pas internet) ou « ouais il fait 25 degrés et soleil » alors qu’en fait il fait 8 degrés et pluie. Merci, merci, je m’en rappellerais le jour de votre mariage quand je raconterais la pire honte de votre vie. Pas besoin de me remercier, c’est normal entres amis.

Avoir la flemme d’acheter un nouveau livre alors relire tous ceux qu’on possèdent. Oui, la lecture, c’est génial et j’adore ça, mais de un les livres qui m’intéressent coûtent chers et de deux la nature m’a doté de yeux bioniques   tout moisis qui s’assèchent très rapidement. J’ai donc passé deux semaines avec des yeux aussi rouges que ceux d’une droguée à cause de ma thug life (comprendre par la, mes lectures intensives)

Devoir s’occuper. Ah… l’ennui, ça faisait longtemps que je ne l’avais pas autant côtoyer ! J’ai dessiné sur des mouchoirs, observé les mouvements de la grue depuis la fenêtre, fais du hula hoop pendant des heures, lu toutes les compositions de tous mes produits de beauté, fais tous les jeux sur les boites de céréales, analyser la couleur blanche des murs, et tant d’autres activités palpitantes.

Etre en manque de série, non mais sérieusement, pas d’internet donc pas de streaming donc pas de nouveaux épisodes de mes séries favorites. ET pas de télé, donc pas de séries déjà vues. Sérieusement, même voir Dallas m’aurait soulagée. (Ou pas).

– Se faire martyriser par son chat. Mon chat est un monstre, son surnom, c’est psychocat. Il vient, te séduit avec ses jolies yeux bleus de siamois, s’avance vers toi d’un pas chaloupé et… bam…  tu te retrouves avec des entailles partout et du sang qui ruisselle. Sauf que comme tu restes toute la journée chez toi à tourner en rond et bah… tu retournes vers le chat en pensant qu’il va se laisser caresser. Syndrome de Stockholm moi je dis !

Photo2636

 

Sur ce, je te quittes et je vais travailler sur mon dossier de soutenance. Oui, j’ai une vie passionnante.