Un peu de lecture verte… John Green

Avant tout : désolée pour le titre mensonger, on ne va pas parler de trucs bio, d’écologie ni même d’extra-terrestre mais juste de John Green, un auteur américain. Et oui, ça fait longtemps que je n’ai pas prouvé sur ce blog que j’avais (quelques) neurones.

Mais qui est John Green ?

C’est avant tout l’auteur de pas mal de livres pour adolescents, vous diront certains, pour adultes, vous diront d’autres. En tout cas, une chose est sûr, si vous n’êtes pas sensible à ses récits je remets grandement en toute votre humanité. Enfin, je dis ça, je dis rien. D’ailleurs, je vous conseille de le lire en anglais si possible, sa façon d’écrire est tellement imagée et poétique que je doute que les traductions lui fassent hommage.

Ouais, comme tu peux le voir, je suis une fan. Genre, une groupie. Parce que John Green s’est aussi la success story d’un petit nerd, un mec pas très à l’aise socialement, un mec un peu bizarre et pas très beau. Il fait de nombreuses vidéos avec son frère, aussi étranges que débiles, et il a crée son propre slogan aujourd’hui repris par toute sa communauté : DFTBA (Don’t forget to be awesome).
Enfin, dernier point qui prouve que c’est le meilleur, il est persuadé que ses personnages ne lui appartienne pas. Il refuse catégoriquement de répondre aux questions sur le passé ou le futur de ses perso car il considère qu’une fois le livre écrit et lu, ils appartiennent au lecteur et qu’il y a donc autant de versions que de lecteurs. Et ça, j’aime. Pas comme les mecs qui font des affiches pour la sortie de leur nouveau roman où leur tête est plus grande que leur livre…

Passons aux livres

Le premier que j’ai lu : Looking for Alaska. 

Sans vous dévoiler l’histoire : c’est la vie d’un jeune garçon en quête d’aventures et de sensations qui part pour la première fois loin de ses parents dans son université. Ils rencontrent une bande d’amis, et en découvre un peu plus sur la vie, sur la douleur, sur le bonheur, sur les problèmes,… Sur tout quoi ! Et c’est aussi l’histoire d’Alaska, la demoiselle, qui est aussi inspirante et époustouflante qu’agaçante. Cette fille est une tornade tandis que lui, c’est plutôt une petite pluie.

Citation (que je ne vous traduis pas pour ne pas éviter le massacre)

 « She was gorgeous and I was hopelessly boring and she was endlessly fascinating. So I walked back to my room and collapsed on the bottom bunk, thinking that if people were rain, I was drizzle and she was hurricane. »

looking for alaska

Source : Tumblr

Le second : The fault in our stars.

C’est le dernier livre en date de l’auteur. Il a fait sensation auprès du public, personnellement  je l’ai moins apprécié, ce qui ne m’a pas empêché de le dévorer en 2 ou3 jours. C’est l’histoire de multiples personnages, tous atteints d’une certaine maladie, qui cherchent un sens pour certains, qui se contentent d’attendre un verdict pour d’autres ou qui n’ont plus foi en rien. C’est une histoire d’amour étrange, une leçon de vie que l’on ne veut pas prendre.

Citation :

« You don’t get tired of looking at her. You never worry if she is smarter than you: You know she is. She is funny without ever being mean. I love her. I am so lucky to love her, Van Houten. You don’t get to choose if you get hurt in this world, old man, but you do have some say in who hurts you. I like my choices. I hope she likes hers. »

John-Green-The-Fault-In-Our-Stars

Source : Tumblr

Que ce soit pour l’un ou pour l’autre, les mots de John Green résonne en nous et chacun y trouvera une interprétation différente… Alors, je ne peux que vous conseiller de les lire !

PS : désolée pour les photos volées sur Tumblr mais les livres sont rangés au fond des cartons de déménagement, impossible de les prendre 
Publicités

Playlist de la St Valentin, les nominés sont…

Et oui mes petits, dans quelque heures, c’est la Saint Valentin, alias une des fêtes les plus commerciales du monde, une excuse pour renvoyer à la face des célibataires qu’ils sont seeeuls mais aussi une excuse pour sortir des mièvreries et de la guimauve à longueur de journée sans culpabiliser.

Dans mon couple, la musique a joué un rôle très important, pour faire simple nos premières conversations ne tournaient que autour de la musique, et ensuite, c’était un prétexte pour parler. Lui, il est musicien, moi je suis juste une groupie, alors forcément j’ai préparé une playlist digne de ce nom pour la saint valentin.

Dans la catégorie Cul Cul La Praline, les nominés sont:

-> I wouldn’t mind – He Is We. Cette chanson est juste la chanson la plus romantique du monde (les paroles, le son, ça casse pas trois pattes à un canard) Sans plaisanter. Aller lire les paroles… Je préviens : chanson de filles par excellence ! Petite balade à la mélodie bien trouvée, parfait pour commencer la soirée avant de passer aux choses sérieuses.

I’m not afraid anymore.
I’m not afraid.
Forever is a long time.
But I wouldn’t mind spending it by your side.

-> Papa Roach – No matter what. Cette chanson… Cette chanson. Déjà, Papa Roach, c’est tout de même un des groupes de rock les plus doués du monde. Ceux d’entre vous qui n’ont pas hurler sur Last Resort ont raté leur vie (j’exagère un tantinet). Ballade calme avec la voix profonde, émouvante et un peu rauque du chanteur qui s’emporte par moment… Les paroles sont sublimes, en plus de tout ça.

I need you right here, by my side
You’re everything I’m not in my life.
We’re indestructable, we are untouchable

-> Out of my league – Stephen Speaks . Bon, bah, pas grand chose à dire, c’est papillons-petites-fleurs à souhait. Mais… Whouah quoi. Alors si des messieurs passent par là, je pense que dédier cette chanson à n’importe quelle fille vous permettra de l’avoir dans votre lit vie.

It’s a masterful melody when she calls out my name to me
as the world spins around her she laughs, rolls her eyes
and i feel like i’m falling but it’s no surprise
coz i love her with all that i am
and my voice shakes along with my hands

 

Dans la catégorie On Passe Au Dessert, les nominés sont :

-> Marron 5 – Hands All Over. Ah… Le beau Adam Levine, je suis sure qu’il chante ça à sa chérie (en même temps elle est mannequin pour Victoria Secret, elle le mérite). Ça reste soft, aussi bien au niveau du rythme que des paroles.

Put your hands all over me
Please walk with me, walk with me now
Love is a game you say
Play me and put me away

-> Gorgeous Nightmare – Escape The Fate. Un peu trop rock/métal pour certains. Mais, comme ils le disent si bien « I feel so alive »

Is it the way that you feel against my body
Is it the way that you act, so damn naughty
Is it the way that you shake
When your hips move to the bass

-> Et pour finir le fin du fin… Horseshoe Gang – My dick’s a superhero. C’est du gros rap US qui a du demandé… 3 neurones pour l’écriture. Tout est dans le titre. Et si vous choisissez de la mettre pendant votre soirée, j’exige que vous alliez jusqu’au bout et que vous vous déguisiez en superman et wonderwoman !

Sur ce, bonne Saint Valentin à tous 😉